Les enjeux

Le massif transfrontalier Pyrénées-Méditerranée recèle une grande qualité environnementale attestée par la présence d’espaces naturels protégés (sites Natura 2000, réserves, parcs, forêts domaniales…). L’élevage bovin, y est une activité traditionnelle qui participe fortement à l’attractivité de ce massif, en termes de paysages, maintien des milieux ouverts et de la biodiversité.

Il est par conséquent un espace de circulation où la fréquentation ne cesse d’augmenter entraînant des confrontations parfois conflictuelles et à risques avec les bovins.
En outre l’évolution des élevages, ainsi que la fermeture des milieux, ont engendré une perte de ressources pastorales et des déséquilibres dans la gestion des troupeaux et des pâturages, menaçant  la pérennité de cette activité.

Les objectifs

Il s’agit de mettre en œuvre une gestion concertée transfrontalière des zones de pâturages et des troupeaux pour répondre à la problématique de divagation, aux conflits d’usages et permettre de structurer, à moyen terme, l’organisation du massif.
Le projet Alberapastur intègre également :

  • une approche sylvopastorale dont l’objectif est la réalisation et l’entretien d’équipements pastoraux, notamment de coupures de combustible sur un secteur sensible au risque incendie ;
  • la valorisation patrimoniale et économique de la race autochtone “Albera” qui permettra de faire la promotion et améliorer un savoir-faire qui entretient et valorise ce territoire.

Coopérer, une absolue nécessité

Face aux conflits et dysfonctionnements (troupeaux divagants, concurrence sur les ressources pastorales, pression sur la régénération forestière, etc.), une gestion concertée à l’échelle de l’ensemble du massif transfrontalier est indispensable :

  • au maintien d’un élevage extensif garant de la préservation de ses qualités environnementales et paysagères ;
  • à une lutte efficace contre les incendies ;
  • à l’amélioration et la promotion de la race bovine autochtone Albera garante de la viabilité de l’activité pastorale.